Vous cherchez un entrepreneur?

Soumettez notre formulaire rapide et obtenez des devis maintenant!

Table des matières

Questions sur la rénovation

11 minutes de lecture

Quelles sont les mesures de sécurité incendie essentielles sur un chantier ?

Questions sur la rénovation

11 minutes de lecture

Quelles sont les mesures de sécurité incendie essentielles sur un chantier ?

Questions sur la rénovationQuelles sont les mesures de sécurité incendie essentielles sur un chantier ?

Les chantiers de construction sont des environnements dynamiques où les risques d'incendie peuvent être particulièrement élevés, en raison de la présence de matériaux inflammables, de machines lourdes, et d'activités à risque telles que la soudure. Cet article se propose d'explorer les mesures de sécurité incendie essentielles à mettre en place sur un chantier pour prévenir les risques d'incendie et assurer la sécurité des travailleurs et des structures environnantes. 

Voici les informations essentielles que vous devez connaître pour vous prémunir de catastrophes. 

Comprendre les risques d'incendie sur les chantiers de construction

Les principaux facteurs de risque d'incendie sur les chantiers ?

Les risques d’incendie sur un chantier sont directement liés aux conditions de départ d’un feu. Il y en a 3 cumulatives : 

  • Un combustible, 

  • Un comburant (souvent l’oxygène présent dans l’air), 

  • Une source d’inflammation (flamme, étincelle, etc.). 

Enlever une seule de ces 3 conditions prévient les risques d’incendie ou

 permet d’éteindre un feu en cours.

Pour maîtriser les risques d’incendie, il convient de bien identifier ce qui est combustible et ce qui peut constituer une source d’inflammation : 

  • La disqueuse (étincelle), 

  • Le chalumeau (flamme), 

  • Le poste à souder (source de chaleur, flamme), 

  • Un moteur (thermique ou électrique), 

  • Produits chimiques (gaz explosifs), 

  • Gaz propane, 

  • Acétylène, 

  • Etc. 

Les produits chimiques et les gaz présentent un risque encore plus important. Pourquoi ? Parce que c’est leur taux de concentration dans l’air qui peut suffire à former les circonstances d’un incendie. A partir d’un certain taux, ils explosent. 

Par exemple, l’acétylène devient explosif lorsqu’il est présent dans l’air ambiant à une concentration comprise entre 2.5% et 82%. Au contact du fluor ou du chlore, il explose alors instantanément.  

Pour le propane, les limites d’explosivité se situent entre 2.1% et 9.5% de concentration dans l’air ambiant. Ainsi, chaque produit possède des spécificités qui lui sont propres, entraînant des risques d’incendie particuliers. La formation professionnelle est donc l’outil essentiel de la prévention des risques, avec également la présence des services de sécurité incendie. 

L’autorité locale offrant le plus de renseignements sur les produits utilisés sur les chantiers est le CNESST. Il ne faut donc pas hésiter à consulter cette autorité locale en cas de doute. 

Comment identifier et prévenir ces risques ?

Pour commencer, il est important d’identifier tous les produits, matériels et matériaux utilisés sur le chantier. C’est-à-dire les produits chimiques, mais aussi les matériaux inflammables et combustibles. 

Ensuite, en vous rendant sur le site du CNESST, l’autorité locale québécoise en charge de la sécurité des travailleurs, vous pourrez accéder à la fiche de chaque produit dans un répertoire toxicologique.

Il convient alors de veiller à bien identifier : 

  • Les produits ne devant pas être mis en contact, 

  • Leur température d’auto-ignition, 

  • Leurs limites d’explosivité (varie avec la température). 

Une fois l’ensemble de ces éléments répertoriés, référencez-les dans un registre indiquant : 

  • Le lieu d’entreposage, 

  • Le(s) lieu(x) d’utilisation, 

  • La quantité,

  • Leurs conditions d’utilisation. 

Par exemple, si vous avez sur un chantier du chlore et de l’acétylène, ne les stockez pas au même endroit, et ne les utilisez pas dans une même pièce. Organisez votre chantier en fonction des produits à utiliser.  

Une fois ces risques d’incendie identifiés, et les causes probables de catastrophes écartées, prenez encore des précautions en suivant des principes simples : 

  • Ne nettoyez pas avec des produits inflammables ou des matériaux combustibles,

  • Aérez les pièces lors de l’usage de solvants, 

  • N’utilisez aucun produit de nettoyage sur une surface chaude, 

  • Stockez les chiffons usagés dans des contenants métalliques, 

  • Ne gardez pas sur vous un vêtement contaminé par des produits chimiques, 

  • Interdisez la cigarette dans les zones de stockage et sur le chantier, 

  • Équipez les issues de secours d’un dispositif lumineux, 

  • Un local d’entreposage doit toujours posséder une issue de secours, 

  • Les éclairages des lieux de stockage doivent pouvoir résister aux explosions, 

  • Placez des extincteurs pour éteindre les incendies à l’extérieur et à l’intérieur, 

  • Ventilez mécaniquement les lieux de stockage. 

Si vous suivez l’ensemble de ces règles, vous limiterez drastiquement les causes probables du déclenchement d’un incendie. 

Réglementations et normes de sécurité incendie au Québec

Cadre légal et normatif

L’autorité locale compétente pour contrôler votre bâtiment, souvent les municipalités, peut vous imposer des plans de sécurité pour prévenir les risques d’incendie et faciliter le secours aux victimes par les pompiers. 

Pour savoir si vous devez mettre en place un tel plan, rapprochez-vous des municipalités ou des pompiers dont dépendent les bâtiments que vous possédez ou dans lesquels vous devez travailler. 

Pour connaître les grandes lignes de la législation encadrant les risques d’incendie, reportez-vous au code national de prévention des incendies et aux normes spécifiques au secteur de la construction.   

Le Code national de prévention des incendies

Le CNPI est édité par la Commission canadienne des codes du bâtiment. Il est accessible gratuitement ici. Son objectif est de protéger toute personne d’un « risque inacceptable de blessures sous l’effet d’un incendie » dans les installations ou les bâtiments qu’il encadre. 

Ce code vise : 

  • Les installations, 

  • Les bâtiments nouveaux et existants, 

  • Les chantiers de travaux de construction, de démolition, de rénovation. 

Ces mesures de protection s’étendent même aux bâtiments voisins pouvant être touchés par l’incendie du bâtiment visé. 

Les normes spécifiques au secteur de la construction

Le code de la sécurité pour les travaux de construction s’applique à tous les chantiers de construction réalisés au Québec. De nombreuses obligations s’imposent à l’ensemble des acteurs, dont : 

  • L’employeur, 

  • Les employés, 

  • Le maître d'œuvre. 

Par exemple, l’application de l’article 2.4.1 6èmement, impose à l’employeur de « veiller au bon fonctionnement des dispositifs de sécurité et de prévention des incendies ».

Le code s’adresse également aux travailleurs, puisque l’application de l’article 2.4.2, dans sa partie f, leur impose de connaître « les mesures d’urgence à prendre en cas d’incendie, d’explosion ou d’autres accidents ».

Dernier exemple, la responsabilité du maître d'œuvre, mise en place par l’application de l’article 2.4.4, qui dispose que les « mesures générales de sécurité sont sous la responsabilité du maître d'œuvre ».

Responsabilités des entrepreneurs et des employés

Les obligations légales des entrepreneurs

Elles sont nombreuses. Nous allons donc nous contenter de citer les principales obligations des entrepreneurs. 

Depuis le 8 juin 2023, tout entrepreneur non encore détenteur de l’examen de vérification des connaissances en gestion de la sécurité sur les chantiers de construction, doit réussir le cours Santé et sécurité. 

Une formation professionnelle doit être dispensée à tout salarié transportant des matières dangereuses, afin qu’il connaisse parfaitement la conduite à tenir en cas d’urgence. Pareillement, l’employeur doit remettre aux employés effectuant des transvasements de produits inflammables ou combustibles, les mesures d’utilisation de ces produits. Ces mesures doivent également être affichées pour une consultation facilitée. 

Pareillement, les entrepreneurs doivent veiller à ce que leurs salariés suivent une formation professionnelle quant à l’utilisation des robinets permettant la mise en place du matériel de lutte contre l’incendie. 

Par contre, la responsabilité de l’employeur peut être engagée dès lors qu’un salarié a commis une faute dans l’exécution de ses fonctions, engendrant un dommage à un tiers. Le déclenchement accidentel d’un incendie par un employé entre donc dans cette acceptation large de l’imputation de la faute à l’employeur. Cela tient notamment au fait que l’employeur dispose généralement d’une assurance, d’où l’importance de s’assurer contre les risques d’incendie. 

La contraction d’une police d’assurance tend même à renforcer la sécurité incendie puisqu’un programme de gestion du risque va alors s’imposer à l’assuré. C’est notamment le cas avec les inspections de chantier aux fins d’examen des mesures de protection contre l’incendie.  

La responsabilité des Employés dans la Sécurité Incendie

Le personnel de surveillance doit connaître les responsabilités qui lui incombent, et être au fait de toutes les mises à jour du plan de sécurité incendie. Ce sont les services de sécurité incendie qui décident « dans quelle mesure les autres employés doivent participer aux exercices d’incendie » (article A-2.8.1 1 du CNPI).

Équipements et technologies de protection contre l'incendie

Les équipements indispensables sur le chantier

Il faut distinguer les équipements généraux des équipements individuels. Ainsi, les équipements généraux comprennent : 

  • Les cloisons pare-feu autour des équipements à haute température, 

  • Une ventilation mécanique dans les lieux de stockage, 

  • Un système électrique conforme, 

  • Des issues de secours, 

  • Un dispositif luminescent, 

  • Des extincteurs. 

Les équipements individuels, quant à eux, comprennent notamment : 

  • Une visière, 

  • Des bouteilles d’air comprimé (protection respiratoire), 

  • Des lunettes de protection, 

  • Des gants et une tenue ignifugée. 

Les technologies récentes en matière de sécurité incendie

Outre les systèmes d’arrosage automatique et les extincteurs, on trouve aujourd’hui de nouveaux systèmes, comme le brouillard d’eau. Un arrosage moins puissant que les traditionnels sprinkleurs, ce qui permet donc de limiter la casse des appareils électroniques.

Autre innovation majeure : les caméras de détection de la fumée et de la flamme. Plus rapide que la détection automatique des arroseurs automatiques, la détection d’un départ de feu par caméra peut faire gagner de précieuses minutes. Non seulement permettent-elles une évacuation plus rapide, mais aussi une attaque du feu plus précoce. 

Aux caméras s’ajoutent aussi des échantillonneurs d’air situés dans les conduits de ventilation mécanique, des alarmes de fumée ou encore le big data et les analyses prédictives. 

Ce dernier point est intéressant. Il s’agit d’utiliser un programme informatique basé sur l’intelligence artificielle pour déterminer : 

  • Le risque incendie d’un point de vue statistique, 

  • La géographie du bâtiment, 

  • La météo, 

  • La durée d’intervention moyenne des services d’incendie, 

  • Le taux d’occupation, 

  • Etc. 

L'Importance des Contrôles Réguliers pour la Prévention

C’est le chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) qui impose l’entretien et la vérification régulière de tous les systèmes d’alarme et de détection des départs de feu. Cela se matérialise par une fiche imposant aux propriétaires de biens une périodicité du contrôle.

L’entrepreneur qui effectue ces contrôles doit suivre la norme CAN/ULC - S536, qui impose la remise d’un rapport détaillé sur l’inspection réalisée. Certaines vérifications sont journalières, d’autres mensuelles, et enfin, annuelles pour les plus importantes : 

  • Journalières : système d’alarme, panneau d’incendie, 

  • Mensuelle : tests sur des points du réseau, 

  • Annuelle : inspection complète et rapport détaillé. 

Si l’inspection journalière et mensuelle peuvent être réalisées par le propriétaire des lieux ou un employé, l’inspection annuelle doit obligatoirement être conduite par une entreprise spécialisée. Les éventuels travaux de remise en état sont d’ailleurs du ressort d’entrepreneurs détenteurs de licences en : 

  • services d’alarme, 

  • Instrumentation, contrôle et régulation, 

  • Intercommunication, téléphonie et surveille,

  • Électricité. 

Savoir réagir en cas d'incident: consignes de sécurité et protocole d'urgence

Quels sont les 4 grands principes de la prévention incendie ?

1. Éviter l'éclosion d'un incendie 

Nous venons d’en parler : le contrôle régulier des installations et l’entretien des appareils est le meilleur moyen d’éviter qu’un incendie ne ravage un immeuble. Certes, les essais de contrôle et autres inspections du panneau incendie ne permettent pas de lutter contre les circonstances d’un départ de feu, mais facilitent le secours aux victimes et donc la protection des personnes. 

Pour lutter contre l’éclosion d’un incendie sur un chantier de construction, il convient de mettre en place l’ensemble des mesures que nous avons détaillées plus haut. 

2. Favoriser l'évacuation des personnes 

Lumières, issues de secours, plan d’évacuation, la production de tout document en matière de prévention à destination des employés, ainsi que la mise en place d’un balisage clair permet de sauver des vies. 

Avant d’attaquer les flammes avec des extincteurs, le premier réflexe à avoir est de déclencher une alarme et d’appeler les secours. Pourquoi ? Parce qu’un extincteur ne permet d’éteindre qu’un feu naissant. Une fois que celui-ci a réellement commencé à prendre, ce que vous faites au lieu d’appeler les secours n’est plus qu’une perte de temps. 

3. Limiter la propagation du feu

Fermez les portes derrière vous pour priver le feu d’un maximum d’oxygène et l’isoler du reste du bâtiment. Un système de sprinkleur, de portes coupe-feu ou de matériaux ignifuges comme des cloisons peut contenir un feu jusqu’à 1 heure (type A-60).  

4. Faciliter l'intervention des secours 

Préparez l’accès au bâtiment pour les services d’incendie afin de faciliter leur intervention. Guidez-les aux colonnes sèches et remettez au chef du dispositif le plan de sécurité incendie, afin qu’il sache exactement comment attaquer le feu de la meilleure des façons.

Il permet aux pompiers d’intervenir plus rapidement tout en limitant les risques qu’ils courent.  

Qu'est-ce qu'un plan de sécurité incendie et comment en faire un ?

Il s’agit d’un document qui détaille l’ensemble des aspects de sécurité : 

  • Prévention de l’incendie, 

  • Gestion de l’incendie, 

  • Évacuation des victimes. 

Dans le détail, il indique : 

  • Comment évacuer le bâtiment, 

  • Comment nettoyer les lieux pour éviter un incendie, 

  • Comment contrôler le bâtiment après un incendie. 

L’autorité locale peut vous imposer la rédaction de ce plan. Pour le réaliser, faites le tour de vos locaux et indiquez notamment : 

  • Les entrées et sorties, 

  • Les voies d’accès, 

  • L’usage de chaque bâtiment, 

  • Les lieux d’entreposage, 

  • L’utilisation des produits stockés, 

  • Les points de raccordement pour les services de sécurité incendie (pompiers), 

  • Les alarmes, 

  • Les extincteurs. 

Vous devez également prévoir la conduite à tenir en cas d’incendie déclaré et donc, le cas échéant : 

  • Faire sonner l’alarme, 

  • Contacter les pompiers, 

  • Aviser le responsable désigné du bâtiment, 

  • Évacuer tous les occupants, 

  • Attaquer l’incendie. 

Pour réussir ces étapes en conditions réelles, votre plan d’incendie doit indiquer combien d’exercices incendies sont prévus chaque année. Quels personnels vont suivre une formation professionnelle en sécurité incendie ? Comment est assuré l’entretien des systèmes de protection ? 

Enfin le plan d’incendie doit indiquer clairement la conduite à tenir pour les employés ou les occupants du bâtiment. Autrement dit, contenir un plan d’évacuation avec les gestes à adopter (alarme, aide aux victimes, fermeture des portes, utilisation des escaliers, etc.)

Comment faire la formation de votre personnel ?

Un organisme public peut former votre personnel. Il s’agit de l’IPIQ (Institut de Protection contre les Incendies du Québec). Situé à Laval, il forme : 

  • Les organisations,

  • Les pompiers, 

  • Les salariés d’entreprises. 

Cet institut enseigne notamment la gestion de l’air, l’entrée forcée, l’évacuation d’une personne en détresse, la recherche d’une victime ou encore la gestion de matières dangereuses.   

La sensibilisation à la sécurité incendie

La sécurité incendie n’est pas un sujet complexe pour les salariés. Ces derniers n’ont pas vocation à intervenir pour maîtriser un incendie, mais simplement à avoir les bons réflexes pour le contenir avant de s’enfuir, et n’oublier personne : 

  • Notion de guide-file et serre-file, 

  • Fermeture des portes, 

  • Fermeture des fenêtres. 

Savoir comment utiliser un extincteur fait également partie de la sensibilisation, car ce dernier peut permettre de stopper un incendie dès la naissance du feu. 

Les exercices d'évacuation

L’évacuation d’un bâtiment n’est pas aussi facile qu’elle n’y paraît. Dans le cadre d’un incendie en conditions réelles, des personnes peuvent paniquer et rester sur place. Les exercices réguliers permettent d’adopter les bons réflexes : 

  • Savoir où se rendre, 

  • Savoir qui guide l’évacuation, 

  • Savoir qui s’assure que tout un couloir soit évacué.

Sécurité incendie sur chantier : prévention et protection

L'implémentation de mesures de sécurité incendie efficaces sur un chantier est cruciale pour la protection des travailleurs et la préservation des infrastructures. Cet article a mis en évidence l'importance de disposer d'un plan de sécurité incendie bien conçu, comprenant des équipements adaptés, des procédures d'évacuation claires et une formation régulière des employés. De plus, il est vital de maintenir un chantier bien organisé pour éviter les accumulations de matériaux inflammables. En adoptant ces mesures de prévention, les risques d'incendie sont significativement réduits, assurant ainsi une environnement de travail plus sûr. 


Obtenez des contrats pour votre compagnie de rénovation

SoumissionRenovation.ca peut vous aider à obtenir des contrats. Nous obtenons des soumissions de la part de clients à la recherche de professionnels de la rénovation dignes de confiance comme vous. Vous n’avez qu’à remplir notre formulaire (en quelques minutes seulement) et vous pourrez recevoir de l’information par rapport à l’obtention de nouveaux clients par l’intermédiaire de notre service.

Composez le 1 855 239-7836 pour parler avec un de nos représentants au service à la clientèle

Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!


Dernière modification 2024-01-15

Liste des références


Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!

Vous cherchez autre chose?


Table des matières


Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!

Êtes-vous entrepreneur?

Rejoignez notre réseau et attirez de vrais clients!

Téléchargez le guide de prix en rénovation

Saisissez un courriel pour recevoir le guide des derniers prix de rénovation du marché.



Articles similaires

Actualités du secteur, témoignages, technologies et autres ressources.

4 minutes de lecture

N/A • 07 nov. 2023

Qui faut-il contacter pour votre plan de rénovation?

Qu'il soit question de travaux de petite ou de grande envergure, la gestion d’un projet de construction ou de rénovation n’est pas toujours évidente et il est vite facile de ne plus savoir ou y mettre la tête. Que ce soit pour la planification, le contact avec les entrepreneurs ou les décisions finales, le tout peut sembler être un vrai casse-tête. 

5 minutes de lecture

Karine Dutemple • 07 nov. 2023

Quelles sont les dimensions d'un comptoir de cuisine?

Vous rénovez votre cuisine et avez besoin d’un tout nouveau comptoir? Si tel est le cas, vous avez probablement déjà en tête quelques questions sur le sujet, notamment concernant les dimensions idéales, voire règlementaires.

6 minutes de lecture

Léa Plourde-Archer • 07 nov. 2023

3 conseils pour améliorer l’isolation d’une porte extérieure

Dès que le temps froid arrive, notre premier réflexe est de se précipiter vers le thermostat pour augmenter la chaleur, car cela semble être le seul moyen efficace pour maintenir une température agréable à l’intérieur de la maison. Ce qu'on oublie souvent, c'est que même si nos appareils de chauffage fonctionnent à plein régime, il est très important que la maison soit bien isolée pour que la température intérieure puisse rester agréable.

4 minutes de lecture

Karine Dutemple • 07 nov. 2023

Comment établir un budget de rénovation réaliste?

S’embarquer dans un projet de rénovation ne se fait jamais sans établir un budget réaliste préalablement au début des travaux. Comme peu de gens possèdent un budget illimité pour remettre leur maison au goût du jour, il importe d’avoir une idée des coûts nécessités par cette remise à neuf.

6 minutes de lecture

SoumissionRenovation.ca • 14 mars 2024

Différence entre le cautionnement de la RBQ et la responsabilité civile

Licence RBQ, cautionnement, responsabilité civile, autant de termes qu’il faudra maîtriser avant de faire appel à un entrepreneur pour des travaux de construction ou de rénovation. Plusieurs assurances et garanties relatives au domaine de la construction existent et pourront être utilisées en cas de problème lors des travaux de construction ou de rénovation.


Vous cherchez un entrepreneur?

Soumettez un projet et recevez 3 soumissions gratuites maintenant !