Vous cherchez un entrepreneur?

Soumettez notre formulaire rapide et obtenez des devis maintenant!

Table des matières

Les métiers de la rénovation

6 minutes de lecture

Un métier qui sauve des vies : devenir mécanicien en protection-incendie

Les métiers de la rénovation

6 minutes de lecture

Un métier qui sauve des vies : devenir mécanicien en protection-incendie

Les métiers de la rénovationUn métier qui sauve des vies : devenir mécanicien en protection-incendie

Entre 2016 et 2018, les services de sécurité incendie (SSI) du Québec ont déclaré plus de 50 000 débuts de feu. Parmi ces incendies, plus de 120 personnes ont trouvé la mort et environ 1 200 furent blessées. Malgré tout, des dispositifs mis en place par les mécaniciens en protection-incendie ont permis l’évacuation de 71 000 personnes. Le métier de mécanicien en protection-incendie, ou poseurs de gicleurs, est donc indispensable; il sauve des vies.

Mécanicien en protection-incendie : ses tâches

Le mécanicien en protection-incendie occupe une place centrale dans la protection d’un bâtiment contre les départs de feu. En qualité de monteur de réseaux d’extincteurs automatiques, il assure la défense des biens et des personnes.

Le poseur de gicleurs joue ainsi un triple rôle dans la prévention des incendies : installateur, inspecteur et réparateur. Son expertise est attendue dans la mise en place du matériel adéquat, qui se compose de :

  • Tuyauteries aériennes et souterraines

  • Gicleurs automatiques

  • Détecteurs ioniques, optiques et thermiques

  • Pompes d’appoint et pompes d’incendie

Pour résumer, le mécanicien en protection-incendie est responsable du S.S.I. (système de sécurité incendie) d’un bâtiment, qui se compose d’un S.D.I. (système de détection incendie) et d’un S.M.S.I. (système de mise en sécurité incendie). Les réseaux qu’il met en place doivent donc être capables de détecter le départ de flammes, d’alerter et de contrer ce début d’incendie au plus tôt, avant qu’une tragédie ne se produise.

gicleur_Mécanicien en protection-incendie : un métier qui sauve des vies

Source : Flickr

Mécanicien en protection-incendie : compétences, connaissances et outils

Le mécanicien en protection-incendie exerce un métier qui requiert de solides connaissances quant aux systèmes qu’il devra installer (sous eau, à atomisation, sous air, au dioxyde de carbone, etc.) Pour maîtriser ces systèmes, il doit disposer de connaissances académiques et pratiques en mécanique, en mathématiques, en électricité et en hydraulique.

Ce travailleur doit également être en bonne condition physique. Les chantiers sur lesquels il est amené à intervenir étant souvent difficiles d’accès, non chauffés, à l’extérieur ou en hauteur, quatre aptitudes lui seront nécessaires :

  1. La force

  2. L’endurance

  3. L’absence de vertige

  4. La coordination des mouvements

Il doit évidemment être apte à lire les plans qui lui sont fournis, à comprendre la géographie du lieu sur lequel il se trouve, mais également à saisir la raison pour laquelle il fixe tel ou tel matériel ou construit un réseau de canalisation de telle façon plutôt que de telle autre.

Bien qu’il ne soit pas un ingénieur à proprement parlé, ce mécanicien n’en demeure pas moins une partie essentielle du dispositif d’incendie et de secours. À ce titre, il doit être à même de rapporter d’éventuelles erreurs sur le plan, par exemple. C’est la raison pour laquelle il doit posséder un bon esprit d’analyse et de l’autonomieLa préparation du chantier a une importance capitale. Le mécanicien en protection-incendie doit donc être en mesure de s’organiser pour prévoir au mieux son intervention.

Qualités de base auxquelles s’ajoutent des aptitudes en termes de communication, non seulement car il doit pouvoir s’entretenir avec des ingénieurs ou encore des consultants, mais aussi parce que le métier de mécanicien en protection-incendie connaît une véritable évolution. En effet, la forte demande couplée à une baisse de poids des systèmes de protection-incendies et de l’outillage tend à réduire les effectifs sur chaque site, ce qui mène à des interactions régulières avec la clientèle. De bonnes compétences orales et de l’entregent s’avèrent donc indispensables.

Autant les compétences et les connaissances du mécanicien en protection-incendie sont larges, autant la liste des outils qu’il utilise est grande. Le poseur de gicleurs automatiques a pour compétences l’utilisation et l’entretien de l’ensemble de son matériel. Certains équipements étant particulièrement lourds et/ou volumineux, il est attendu de lui qu’il soit capable de choisir les outils adéquats.

On compte cinq grands types d’outils :

  1. À main

  2. Mécaniques portatifs

  3. De mesure et d’essai

  4. De hissage, de levage et d’accès

  5. De sécurité et de protection individuelle

Chacune de ces catégories compte plusieurs dizaines d’outils, pour un total qui va au-delà des 200 outils différents, parmi lesquels on retrouve :

  • Les appareils de mesure (voltmètre, ampèremètre, manomètre différentiel)

  • Le Fil à plomb laser

  • Les clés à tuyau

  • Les rainureuses portables

  • Le matériel de soudage et de brasage

  • Le coupe-tuyau

  • Les palans à levier

  • Les cintreuses hydrauliques

  • Les chalumeaux (oxycoupage et oxybrasage, de chauffe)

poser gicleur_Mécanicien en protection-incendie : un métier qui sauve des vies

Source : Flickr

La formation pour devenir mécanicien en protection-incendie

Faire ce métier au Québec demande de suivre un DEP (Diplôme d’études professionnelles). Pour prétendre à une telle formation, il est nécessaire de posséder des bases solides en mathématiques. C’est pourquoi les conditions d’accès sont les suivantes :

  • À 15 ans, sous réserve d’autorisation du ministre : formation en alternance possible, si validation des unités de la 2ème secondaire ;

  • Entre 16 et 18 ans : avoir validé ses unités de 3ème secondaire, ou posséder des équivalences, ou être titulaire du CFMS (certificat de formation à un métier semi-spécialisé) ;

  • À partir de 18 ans : avoir réussi le TDG (test de développement général) ou développé des apprentissages équivalents ;

  • Si réussite aux unités de la 3ème secondaire uniquement : formation en alternance possible.

Le DEP mécanicien en protection-incendie ne peut, à l’heure actuelle, être obtenu qu’au CSS (Centre de services scolaire) de Laval, au sein de l’école polymécanique. Une fois admis à celle-ci, il faut encore compter sur 8 000 heures d’apprentissage, réparties en 4 périodes de 2 000 heures, pour pouvoir accéder à l'examen. Ce dernier permet l’obtention du certificat de compétence de compagnon.

Comme pour l’ensemble des métiers du bâtiment enseignés, lors des études, il lui sera appris les réglementations qui encadrent la profession, c’est-à-dire les lois et règlementations concernant le déplacement des outils, le transport des produits dangereux et les normes de protection contre l’incendie.

À cela s’ajoutent l’ensemble des connaissances techniques qui forment le coeur du métier de mécanicien en protection-incendie :

  • Maniement des outils

  • Lecture des dessins avec compréhension des symboles

  • Maîtrise des ancrages (suspensions, limites de fixation, etc.)

  • Connaissance des gaz (dioxyde de carbone, acétylène, azote)

  • Compréhension de la structure d’un bâtiment

  • Connaissance des composants des pompes volumétriques et centrifuges

  • Connaissance des réservoirs (sous pression et à gravité)

  • Connaissance des gicleurs (à déclenchement rapide, ordinaire, sous air)

La liste est encore longue et, s’il faut encore ajouter une compétence essentielle transmise dans les cours, c’est celle de la formation aux gestes de premiers secours.

Perspectives d'emploi et salaire

La demande pour des monteurs de réseaux d’extincteurs automatiques est en hausse. Son principal moteur est issu de la réglementation en matière d’urbanisme. Ce domaine connaît en effet une inflation réglementaire sans précédent, qui est notamment liée à l’encadrement de plus en plus strict du secteur assurantiel.

L’avantage de ces législations est qu’elles s’imposent autant en milieu urbain, notamment avec les bâtiments publics et industriels, qu’en milieu rural, où les municipalités sont forcées de mettre aux normes leurs réseaux de sécurité.

Le nombre de mécaniciens en protection-incendie est, en ce moment, insuffisant pour faire face à la demande. Par conséquent, les apprentis entrant dans cette formation trouvent immédiatement un emploi.

Le salaire de ce mécanicien dépend de son niveau, sa spécialisation et son expérience, puis évolue en fonction des conventions collectives de trois secteurs distincts :

  1. Le résidentiel léger

  2. Le génie civil et la voirie

  3. L’industrie, les institutions et les commerces

Le salaire horaire s’échelonne donc de 18,93$ à 40,45$.

pompe système d'eau_Mécanicien en protection-incendie : un métier qui sauve des vies

Source : Flickr

Le métier de poseur de gicleurs est définitivement tourné vers les autres. Le cœur du métier de mécanicien en protection-incendie est de mettre en place les équipements qui permettent littéralement de sauver des vies en cas d’incendie. Son travail est indispensable à la sécurité des bâtiments et il fait partie d’un secteur manifestement prioritaire pour les pouvoirs publics. Les avancées législatives dans le domaine de la protection-incendie sont là pour le démontrer.

En tant que poseur de réseaux de gicleurs, le mécanicien en protection-incendie sait manier une multitude d’outils, dont les outils de soudage et de brasage. Ainsi, il lui est non seulement possible de se spécialiser dans un domaine de son activité (inspection, installation, mise à l’essai), mais également de se réorienter en cas de besoin.

Enfin, l’apprentissage de la communication avec les fournisseurs, les ingénieurs ou encore les consultants, permet de se créer un carnet d’adresses pouvant favoriser le développement de sa propre entreprise. Par conséquent, choisir le métier de mécanicien protection-incendie, c’est faire le choix d’un métier en forte demande, qui ouvre sur des perspectives d’avenir, jusqu’au développement de sa propre société.

Trouver un emploi en rénovation

SoumissionRenovation.ca peut vous aider dans vos démarches pour trouver un travail en rénovation. En nous parlant de vos perspectives professionnelles, nous vous mettrons gratuitement en contact avec des entrepreneurs susceptibles d’être intéressés par votre profil. Vous n’avez qu’à remplir notre formulaire (en quelques minutes seulement) et nous nous occupons de transmettre votre candidature aux employeurs.

Composez le 1 855 239-7836 pour parler avec un de nos représentants au service à la clientèle.

Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!


Dernière modification 2023-11-07

Liste des références


Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!

Vous cherchez autre chose?


Table des matières


Obtenez 3 soumissions gratuites pour votre projet

Soumettez un projet et obtenez gratuitement 3 soumissions!

Êtes-vous entrepreneur?

Rejoignez notre réseau et attirez de vrais clients!

Téléchargez le guide de prix en rénovation

Saisissez un courriel pour recevoir le guide des derniers prix de rénovation du marché.



Articles similaires

Actualités du secteur, témoignages, technologies et autres ressources.

4 minutes de lecture

SoumissionRenovation.ca • 07 nov. 2023

Rencontre avec Yves, entrepreneur général

Cette semaine SoumissionRenovation.ca a visité un site de rénovation. Nous avons profité de l'occasion pour discuter avec l'entrepreneur général en charge du projet, Yves. Ce dernier nous a parlé de son métier et de la façon dont il accompagne ses clients, dans l'ensemble du processus des travaux de rénovation.

5 minutes de lecture

Karine Dutemple • 07 nov. 2023

Le métier de charpentier-menuisier : formation et perspectives d'emploi

Le métier de charpentier-menuisier ne perd rien de son importance sur nos chantiers de construction, l’érection de structures en bois ne cessant d’être indissociable de tout projet de construction d’édifices ou de maisons. Si ce métier suscite votre intérêt, vous avez sans doute besoin d’en savoir davantage à son sujet. Voilà donc toutes les informations susceptibles de vous intéresser à propos du métier de charpentier-menuisier. 

2 minutes de lecture

SoumissionRenovation.ca • 07 nov. 2023

Tout savoir sur le béton de chanvre

Par un choix plus réfléchi des matériaux qui composent nos maisons et nos immeubles d’habitation, nous avons la possibilité de changer les choses et de revenir à des pratiques de construction qui allient confort et durabilité. Le béton de chanvre, qui est un béton végétal, fait partie de ces solutions. Lisez ce qui suit pour en apprendre plus à son sujet.

5 minutes de lecture

Cynthia Laferrière • 07 nov. 2023

L'acceptabilité sociale dans le milieu de la construction au Québec

L’implantation de nouvelles structures, de sites d’exploitation, de compagnies ou autres suscite souvent animosité et controverse au sein de la population, notamment si les ressources naturelles d'un territoire en sont touchées. Les opinions du public et des groupes d'intérêts vont dans tous les sens, logiquement et émotionnellement, et s'opposent la plupart du temps. Tandis que certains désirent préserver un lieu intact et repousser toutes formes de capitalisme, d’autres songent plutôt au partage des bénéfices, aux retombées économiques locales et à la création d’emplois, par exemple.

5 minutes de lecture

N/A • 06 mars 2024

5 choses à savoir sur les rénovations après sinistre

Qu’il soit mineur ou majeur, un sinistre occasionne généralement un grand stress, auquel s'ajoutent les réclamations et les négociations avec votre assureur pour être indemnisé. Autant dire qu’il s’agit d’une épreuve que vous aimeriez vite oublier. Si vous êtes perdu et que vous ne savez pas par où commencer, suivez ces étapes de la Chambre de l'assurance de dommages (ChAD).


Vous cherchez un entrepreneur?

Soumettez un projet et recevez 3 soumissions gratuites maintenant !